Un blog qui vous veut du bien
LE TDAH DANS NOTRE FAMILLE
LE TDAH DANS NOTRE FAMILLE

LE TDAH DANS NOTRE FAMILLE

Définition du TDAH

Pour la définition du trouble déficit d’attention/avec ou sans hyperactivité, je vous laisse le lien vers un site génial qui est : hypersuper TDAH France. Ce dernier, défini très bien ce trouble.

Ensuite, j’ai ma vision du tdah qui est en rapport avec ma propre expérience et comment nous vivons au sein de notre famille ce trouble du neuro-développement. Dans un autre article, je vous parlerai du TSA , Trouble du Spectre Autistique.

Maman TDA

Me concernant, on a diagnostiqué mon trouble il y a quelques années. Lorsque j’étais enfant, on disait de moi les mots tels que :

  • dans la lune
  • introverti
  • empoté
  • incapable
  • maladroite

Ces mots là étaient dit à l’école, au collège. Mais à cette époque on ne consultait pas pour ça. Donc je faisais avec, en pensant que le monde qui m’entourai était très dur.

Ensuite, je suis devenue maman. Et au fil des années de maman, j’ai suivi une thérapie afin de mieux me comprendre et par ricoché être plus compréhensive avec mon fils aîné. Le psychiatre m’a dit :  « Vous avez un TDA assez sévère. » Cette phrase au début ne signifiait rien. Après, j’ai réalisé ce que c’était et surtout que j’avais transmis ce trouble à mon fils(à l’époque il était petit et ma fille aussi). Je suis passée par un phase de culpabilisation et grâce à la thérapie, j’ai compris que je pouvais aider mon loulou avec ma propre expérience et surtout le comprendre.

Je vous aie un peu parlé de moi, maintenant, pour chacun de mes enfants, je vais vous expliquer comment le TDA(H) a été détecté.

Mon aîné TDAH

Mathéo, mon fils aîné : C’était un bébé adorable mais qui ne souriait pas beaucoup. Vers l’âge de 18 mois environ, une amie m’a dit, il ne parle pas beaucoup, ce n’est pas normal. Au début, je l’avoue, je n’en ai pas tenu compte. En grandissant, il criait et pleurait beaucoup. La pédiatre m’a conseillé d’aller au mpea (pole de psychiatrie pour enfant et adolescent). Après des tests, bilan psychométrique, orthophonique, le résultat tombe : un trouble envahissant du developpement (trouble du spectre autistique), trouble du langage oral.

2 ou 3 ans après, nous faisons de nouveau des bilans, au sein du même établissement. Résultat, hyperactivité, trouble dys… Bref, cela fait beaucoup pour un petit garçon.

Je vais m’arrêter sur l’hyperactivité, c’est le thème de l’article. Pour Mathéo, l’hyperactivité ne se voit pas à l’école, seul se voit la difficulté de se concentrer et l’inattention. L’agitation motrice nous la voyons à la maison, une fois rentrée, il se lâche ! Voilà ce qui se passait :

  • courir dans la maison tout le temps
  • parler sans cesse, il ne perçoit pas si on est occupé ou pas.
  • Les colères dû à la frustration qui était impossible à gérer, étant donné son jeune âge.
  • Et aussi son extraordinaire capacité à retenir les informations qui l’intéresse.

Maintenant, c’est un adolescent extraordinaire. Il a beaucoup évolué, nous sommes fiers du chemin qu’il a parcouru. Évidemment le TDAH est et sera toujours présent. Nous nous sommes adaptés à Mathéo. L’encouragement et l’amour font qu’il peut grandir sereinement.

Ma fille TDA

Emma, ma fille, à la douloureuse place d’être entre ses deux frères. A l’âge de 3 ans, Emma a fait un avc… c’était à cause de la varicelle. Inutile de vous dire à quel point nous avons eu peur. Je ne vais pas m’éterniser sur cet avc car ce n’est pas le sujet de l’article.

En neuro-pédiatrie, on lui a fait un bilan psychométrique. Emma a un TDA , trouble déficit d’attention sans hyperactivité. Chez ma fille cela se traduit comme suit :

  • Lunaire
  • difficulté à se concentrer
  • désorganisée
  • désordonnée

Tout comme moi !! Les chiens ne font pas des chats !

Des troubles anxieux se sont invités, une des séquelles de son avc.

Pour ma fille, j’ai fait différemment de son frère aîné, c’est normal, ils ont chacun leur personnalité. Je lui apprend à gérer ses angoisses, par la respiration, en lui parlant positivement. (En revanche pour la désorganisation et le désordre, j’ai beaucoup de travail à faire moi même là dessus. Ensuite je ferais part de mes astuces à ma fille.) Donc, quand je rentre dans sa chambre et que je vois le cataclysme à l’intérieur. Je prends sur moi, car elle ne fait pas exprès, cela fait parti du TDA.

Emma est une adolescente qui à la fois à son caractère, mais qui se montre très douce et affectueuse. Je suis évidemment très fière d’elle et je la trouve tellement courageuse.

Mon petit dernier TSA TDAH

Mon petit dernier, Esteban, l’ expérience de mes aînés m’a aidé a détecter ces troubles qui ont été confirmés par des professionnels. Dans un premier temps, à l’age de 2 ans, Esteban parlait très peu. Un bilan orthophonique a été réalisé, un retard de l’émergence du langage est diagnostiqué. Je remarquais qu’il était dans sa bulle, les colères le faisaient souffrir et pour finir des gestes atypiques qui me faisait penser à un trouble du spectre autistique.

A la maternelle, sa maîtresse m’a confirmé ce que je pensais. Donc comme pour Mathéo, un bilan a été réalisé pour confirmer ou non un TSA.

Esteban est un petit garçon autiste et hyperactif. Son intelligence compense son handicap car il agit par imitation des codes sociaux. Il est vif, très remuant et adore les chiffres !

Quand je pense que mes enfants ont chacun un handicap, cela ne me rend pas malheureuse, je ne me plains pas car tous les trois m’apportent beaucoup de joie de vivre et je me suis enrichie intérieurement grâce à eux. Ce sont mes trois pépites.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.